Compléments alimentaires pour la ménopause : comment les choisir ?

La ménopause est un événement physiologique dans la vie d’une femme qui coïncide avec la fin de sa fertilité. Elle est diagnostiquée cliniquement comme une condition dans laquelle une femme n’a pas de menstruation pendant une période de plus d’un an.

Les symptômes commencent dans les années qui précèdent cette période et comprennent les bouffées de chaleur, les troubles du sommeil, l’irritabilité et la dépression. Cette période représente la transition vers la ménopause et commence approximativement entre 45 et 55 ans. Elle dure généralement 7 ans mais peut s’étendre jusqu’à 14 ans.

Symptomatologie de la ménopause

À partir de la période de transition, divers troubles lipidiques métaboliques apparaissent en raison des changements hormonaux, tels que la diminution des niveaux d’œstrogènes et l’augmentation des niveaux d’androgènes circulants.

Les bouffées de chaleur et les sueurs nocturnes font partie des symptômes les plus caractéristiques de la ménopause. Une sensation soudaine de chaleur se propage de la poitrine au cou et au visage et peut provoquer des sueurs pendant la nuit.

Les causes exactes des bouffées de chaleur ne sont pas connues. La cause la plus probable semble être une perte de contrôle de la thermorégulation du corps par l’hypothalamus, la glande située à la base du crâne, près de l’hypophyse. Par un mécanisme de rétroaction, l’hypothalamus détecte la fin de l’activité ovarienne, la baisse consécutive de la production d’œstrogènes et l’action stimulante de l’hypophyse qui tente de relancer la production folliculaire par les ovaires.

Les bouffées de chaleur peuvent s’accompagner de palpitations cardiaques et de maux de tête. En outre, la diminution des œstrogènes entraîne une réduction de la muqueuse vaginale (atrophie), ce qui provoque une sécheresse vaginale.

Oestrogènes et androgènes

La différence entre les hormones « masculines » et « féminines » réside principalement dans leur concentration entre les deux sexes. Chez la femme, les androgènes, dont le pourcentage est très faible, servent de substrat chimique à la synthèse des œstrogènes par des glandes appelées ovaires, en particulier l’œstradiol et la progestérone.

Fonction des œstrogènes

Les niveaux d’œstrogènes régulent l’ovulation, le cycle menstruel et les adaptations fonctionnelles pendant la grossesse. Les œstrogènes ont également un effet sur les vaisseaux sanguins, les os, les poumons, le foie et les intestins. La progestérone contribue spécifiquement au début du cycle reproductif féminin, agit sur les muscles lisses de l’utérus et sur la lactation.

Conséquences et risques pour la santé

En raison des fonctions que remplissent les œstrogènes, leur diminution peut entraîner un certain nombre de risques pour la santé. Il s’agit avant tout d’un dérèglement du métabolisme lipidique, qui affecte la masse graisseuse, la masse musculaire, le métabolisme des acides gras et divers aspects du métabolisme énergétique, tels que les modifications du métabolisme de base (BMR) qui entraînent un risque accru d’obésité. En outre, la ménopause est également associée à une modification des niveaux de divers lipides circulants dans le sang, comme par exemple : LDL, HDL ET TG (triacylglycérol).

Les altérations du métabolisme des lipides et l’excès de tissu adipeux jouent un rôle clé dans la synthèse d’acides gras en excès, comme les adipokines, les cytokines pro-inflammatoires et les espèces réactives de l’oxygène.

Ces derniers sont responsables de la peroxydation des lipides et conduisent au développement de la résistance à l’insuline, de l’adiposité abdominale et de la dyslipidémie.

Comment prévenir et réduire les dommages ?

Ce sont autant de risques qui peuvent conduire à des maladies cardiovasculaires et cérébro-vasculaires, à l’ostéoporose, à la sarcopénie, au diabète de type 2 et à l’obésité. Pour faire face à ces risques, il est nécessaire d’adopter un mode de vie sain caractérisé par une activité physique régulière et une alimentation saine.

Suppléments pour la ménopause : comment réduire les risques

Outre les nutraceutiques qui peuvent amortir les dommages, les compléments alimentaires, qui sont très spécifiques, peuvent aider le corps à générer une réponse positive.

En particulier, pour faciliter la gestion hormonale du métabolisme lipidique chez les femmes ménopausées, il est recommandé d’utiliser des composés bénéfiques tels que les suppléments ménopausiques à base d’antioxydants, la vitamine D et les acides gras oméga-3.

Antioxydants

Les antioxydants sont des molécules qui peuvent empêcher ou retarder le processus d’oxydation, c’est-à-dire la formation de radicaux d’oxygène.

Ils sont divisés en antioxydants primaires et secondaires, les premiers empêchant la formation d’espèces radicalaires ou séquestrant les métaux de transition, tandis que les seconds réagissent avec les radicaux déjà formés et les convertissent en formes moins réactives, interrompant la réaction en chaîne. Les substances exogènes, c’est-à-dire prises dans l’alimentation ou par le biais de suppléments, sont divisées en vitamines (Vit. C, Vit. E, Vit. A) et non-vitamines (caroténoïdes et polyphénols).

Vitamine D

La fonction de la vitamine D est de favoriser l’absorption intestinale du calcium, mais elle module également l’homéostasie du tissu osseux. Une carence en vitamine D peut donc entraîner une fragilité osseuse, prédisposant le sujet à un risque accru d’ostéopénie et, en cas de carence chronique, d’ostéoporose, augmentant le risque de fractures, surtout à un âge avancé.

Sa principale source est le poisson gras, en particulier le saumon. Cependant, chez une femme post-ménopausée, le risque de prise de poids est élevé, il faut donc faire attention à la quantité de macronutriments dans l’alimentation.

C’est pourquoi l’utilisation de suppléments spécifiques de ce composé peut être une solution très bénéfique. En particulier, la vitamine D3 (ou cholécalciférol), qui est le plus important des cinq types de vitamine D, est efficace.

Un complément de vitamine D3 (disponible sur le marché sous forme de poudre et de comprimés) offre l’avantage, outre de réguler le métabolisme osseux, de réguler les fonctions neuromusculaires et de combattre les symptômes de la dépression.

Oméga-3

Alors que l’action des acides gras oméga-3 est anti-inflammatoire, celle des oméga-6 est pro-inflammatoire. Chez la femme ménopausée, un rapport inadéquat entre les deux favorise un état inflammatoire et peut aggraver de nombreux symptômes, notamment ceux de nature cardiovasculaire.

L’un des mécanismes proposés pour expliquer la réduction du risque cardiovasculaire est que les oméga-3 (n-3) empêchent la formation de caillots dans les vaisseaux artériels. En vertu de cette fonction, ils constituent une solution utile pour réduire la pression artérielle et la résistance vasculaire. Leur capacité à inhiber la formation de plaques d’athérome est également utile pour les femmes ménopausées, qui sont particulièrement vulnérables lorsqu’elles atteignent la sénescence.

Compte tenu de la faible teneur en oméga-3 des aliments, ces compléments sont particulièrement populaires. Ils se présentent généralement sous forme de gélules et sont souvent enrichis en vitamine E (par exemple Mega Omega 3) pour améliorer la protection des cellules contre le stress oxydatif.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.